Oui, la pollution de l’air et le diesel sont cancérigènes !

TRIBUNE. Le collectif Air-Santé-Climat dénonce les contre-vérités publiées à propos de la pollution de l’air et du diesel, dangereux pour la santé.

(Article également publié dans LePoint du 02 décembre 2019)

Dans une chronique publiée par Le Point du 12 novembre intitulée « Contre le diesel, un acharnement infondé », Jean de Kervasdoué affirme que la pollution de l’air et le diesel ne sont cancérigènes qu’à forte dose et que chez les fumeurs. Michel Aubier déclarait déjà cela dans l’émission Allô docteurs en mars 2016. Or c’est faux et c’est même l’inverse : un fumeur a déjà un risque de cancer du poumon tellement augmenté par la cigarette que la pollution de l’air – notamment diesel – ne modifie pas significativement ce risque. À l’inverse, chez les non-fumeurs, l’exposition à la pollution de l’air, notamment au diesel, majore fortement le risque de cancer du poumon.

Lire aussi Jean de Kervasdoué – Contre le diesel, un acharnement infondé

Des études initiales chez les mineurs exposés au diesel, que cite allègrement Kervasdoué, il ressort que chez les mineurs les plus fortement exposés au diesel pendant plus de quinze ans, le risque de cancer du poumon est multiplié par 7 chez les non-fumeurs (1). L’inverse donc de ce qu’il déclare. Depuis, de nombreuses autres études ont confirmé cela, y compris dans la population générale, et ont bien démontré que même à faible concentration, l’exposition sur le long terme à la pollution de l’air majore le risque de cancer du poumon et que ce sont les non-fumeurs et les anciens fumeurs qui voient leur risque de cancer du poumon le plus augmenté par la pollution de l’air, notamment diesel (2).

Ce n’est pas la dose qui fait le poison et même une faible exposition augmente le risque de cancer

Mais au-delà de l’épidémiologie, revenons à la toxicologie : qu’est-ce qui est cancérigène dans la pollution de l’air ? Prenons les principaux éléments : les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), tel que le benzo(a)pyrène, tellement cancérigène que sa manipulation est désormais interdite en laboratoire, cancérigène pour de très nombreux organes, notamment pour le poumon. C’est en grande partie sur base de la présence de benzo(a)pyrène que la cigarette a été classée cancérigène certain en 1996. En ville, le diesel représente une des principales sources d’émission de ce benzo(a)pyrène (3). En termes de substances cancérigènes, ce n’est pas la dose qui fait le poison et même une faible exposition augmente le risque de cancer. L’exposition à la pollution de l’air et au diesel est donc cancérigène chez les gens professionnellement exposés (garagistes, chauffeurs de bus et de poids-lourds), mais également dans la population générale (4) .

Lire aussi Moins il y a de pollution, moins nos enfants souffrent d’asthme

Rappelons que c’est sur la base de ces HAP et des métaux lourds présents à la surface des particules émises par le diesel (mais aussi par la combustion du charbon, du bois et les usines de type incinérateurs) que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a classé le diesel puis la pollution de l’air comme cancérigènes certains, respectivement en 2012 et 2013.

Parmi tous les nombreux polluants de l’air, les substances cancérigènes sont toujours les mêmes : HAP, métaux lourds, formaldéhyde et butadiène. Tous proviennent majoritairement en ville du trafic routier et notamment du diesel. Dans l’air intérieur, ces mêmes substances proviennent majoritairement du tabac. Diesel et tabac ont donc de nombreux composés toxiques en commun, il est donc logique de retrouver des effets similaires sur la santé (cancer, maladies cardiovasculaires et respiratoires).

Les filtres à particules sont loin d’avoir réglé la toxicité du diesel

Certes, les pots catalytiques avec filtre à particules ont permis de diminuer certaines émissions toxiques des véhicules diesel, néanmoins les HAP cancérigènes tels le benzo(a)pyrène sont présents à la surface des particules ultrafines – qui ne sont que peu arrêtées par les filtres – et sont émis également sous forme de gaz pour lesquels les filtres à particules et catalyses sont peu efficaces, notamment en ville.

Les diesel, y compris récents, restent en ville la source principale de NO2, gaz toxique.

D’autre part, Jean de Kervasdoué omet de parler des autres émissions du diesel, en effet, le diesel est la principale source de NO2 (dioxyde d’azote), autre gaz extrêmement toxique pour le poumon et le système cardiovasculaire et qui, en ville, provient à 60 % du parc routier. Un diesel récent émet six fois plus de NO2 qu’un véhicule essence (5).

Une étude récente de l’American Journal of Critical Care and Respiratory Medecine démontre que pour les asthmatiques, les diesels récents avec filtre à particule sont potentiellement plus dangereux que les diesels anciens avec davantage d’effets toxiques sur l’hyperréactivité bronchique allergique lorsque les patients sont exposés à du diesel filtré. Les auteurs de cette étude expliquent cet effet toxique par le NO2, qui est émis en plus grande quantité sur les diesels modernes équipés de filtres à particules (6)

 

Les médecins et scientifiques du collectif Air-Santé-Climat :

Dr Thomas Bourdrel, Collectif Strasbourg Respire 

Dr Pierre Souvet, Association santé environnement France (ASEF

Dr Florence Trebuchon

Dr Jean-Baptiste Renard, directeur de recherche CNRS 

Dr Mallory Andriantavy-Guyon, collectif Environnement Santé 74 

Dr Gilles Dixsaut, Fondation du souffle 

Guillaume Muller, association Val-de-Marne en Transition 

Pr Isabella Annesi-Maesano, directeur de Recherche Inserm, responsable équipe EPAR, IPLESP, Inserm et Sorbonne Université, Paris

———-

[1] J Natl Cancer Inst. 2012 Jun 6;104(11):855-68. doi: 10.1093/jnci/djs034. Epub 2012 Mar 5 : The Diesel Exhaust in Miners study: a nested case-control study of lung cancer and diesel exhaust.

[2] Olsson et al. Am J Respir Crit Care Med. 2011 Apr 1; 183(7)Turner et al. Am J Respir Crit Care Med. 2011 Dec 15; 184(12) — G.Chen et al. Thoracic Cancer 6(2015) 307-318Beelen et al. Epidemiology. 2008; 19: 702–10

[3]https://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/bilan-hap-130702.pdf

Particules ultrafines et HAP, la pollution cachée des véhicules diesel : Article sur lemonde.fr et article entier sur notre site

[4] Raaschou-Nielsen et al., Lancet Oncol. 2013 Aug;14(9):813-22

[5]http://www.asef-asso.fr/actualite/le-collectif-air-sante-climat-reagit-aux-annonces-mensongeres-sur-le-diesel/

[6]https://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/rccm.201809-1657OC